Personne ne dénie au président de la République l’une de ses principales prérogatives constitutionnelles : nommer aux emplois civils et militaires. Mais, selon le quotidien Enquête, Macky Sall voit, depuis dimanche, ce pouvoir discrétionnaire fortement remis en cause par des pans entiers de la société sénégalaise.

Unis comme un seul homme, ils flétrissent, en chœur, la nomination du ci-devant Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) et maire de Ndioum, Cheikh Oumar Hann, en remplacement de Mary Teuw Niane, en qualité de ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Une levée de boucliers qui s’explique, renchérit le journal, par sa «gestion du Coud épinglée à maintes reprises, notamment par l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) en 2017). Toutefois, une partie de la grande famille universitaire (syndicats et étudiants) lui accorde le bénéfice du doute.

LEAVE A REPLY