Quarante jours déjà que Sokhna Bally Mbacké, est allée rejoindre sa mère Sokhna Maïmouna Mbacké, la vertueuse fille de Cheikh Ahmadou Bamba. Sokhna Bally, comme l’appelaient affectueusement ses nombreux sympathisants et disciples, a laissé à la postérité un legs immatériel incommensurable.
En droite ligne du chemin tracé par ses illustres parents, elle s’était distinguée par une érudition remarquable adossée à une solidarité agissante. La bien nommée « Badiéne » était l’amie de tous. Confidente de grandes personnalités, elle était aussi l’accompagnante des gens simples, ceux-là qu’on qualifie à tort de « petites gens ». Une compréhension de la vie et une générosité perceptibles dans sa vie quotidienne. Une vie de vertus. Une vie de don de soi, de dévotion. Servir Dieu, au grand bonheur de Sokhna Maï et de son grand père Khadimou Rassoul. Oui, sa vie a été utile car très éloignée du futile. Il ne pouvait pas en être autrement. Bon sang ne saurait mentir. Elle a bénéficié de la grâce divine ici-bas. Le fait qu’elle soit enterrée la matinée même du Magal, est une bénédiction, plus qu’un symbole. Elle  sera auréolée là haut où elle repose.

Personnellement, j’avais des relations  chaleureusement particulières avec  la sainte défunte. Elle me considérait comme son propre fils. J’en ai eu la preuve à maintes reprises. Par devoir de reconnaissance, je lui rends un hommage appuyé. Son œuvre sera à n’en point douter,  perpétuer par ses dignes fils Cheikh Abdou Bally, Sokhna Astou et ses nombreux fils de cœur…

Me Mamadou DIOP

LEAVE A REPLY