Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) a organisée hier une journée d’échange et de réflexion sur l’indépendance de la justice. Occasion saisie par le bastonneur de l’Ordre des avocats, Me Mbaye Guèye pour lancer un véritable cri de cœur et décrier les nombreux pouvoirs concentrés entre les mains du procureur.

« C’est lui qui arrête et incarcère qui il veut », tonne la robe noire. « Ça suffit, le procureur a trop de pouvoir et c’est excessif. Je suis au regret de le dire mais, ce n’est pas possible que le parquet mette en prison qui il veut, et libère quand il le voudra », a martelé Me Mbaye Guèye. Cette situation, de l’avis du bâtonnier de l’Ordre des avocats, ne favorise pas l’indépendance de la justice.

« La gendarmerie et la police arrêtent un citoyen et le défèrent devant le procureur de la République. A mon avis c’est à un juge indépendant de décider au sort de cette personne-là et non le procureur », indique Me Mbaye Guèye avant de relever : « lorsque le budget d’un pouvoir relève d’un autre pouvoir cela pose problème. Si les acteurs de ce pouvoir sont recrutés et payés par un autre pouvoir, on se demande comment on peut affirmer que ce pouvoir est indépendant. Il faut d’abord lever cette incompréhension », dit le bâtonnier.

LEAVE A REPLY