Dans une correspondance, Moustapha Diakhaté, ministre chef de cabinet du président Macky Sall s’est prononcé sur la révocation par décret présidentiel de Khalifa Sall à la tête de la mairie de Dakar. C’est pour simplement dire que ce n’est pas une première au Sénégal.

1. Monsieur Khalifa Ababacar SALL n’est pas le premier maire sénégalais à être révoqué par décret présidentiel. C’était le cas de Messieurs Lamine DIACK, Cora FALL et Mbaye NDIAYE, entre autres,  sous les magistères des Présidents SENGHOR, DIOUF et WADE.

2. Aucun des ces maires n’avait bénéficié, avant sa révocation, d’un quelconque début de procès devant les juridictions sénégalaises, encore moins, d’une condamnation définitive. Ils étaient tous destitués sur la base de rapports de vérificateurs des comptes publics ou d’une simple plainte d’un particulier pour émission de chèque sans provision.

3. Monsieur Khalifa SALL est le seul maire sénégalais à être révoqué à la suite de l’établissement définitif de sa culpabilité, par les autorités judiciaires de son pays, d’avoir signé de sa propre main 113 fausses factures d’un montant d’environ deux milliards de Francs de CFA.

4. En outre, ce sont les mêmes instruments juridiques qui avaient permis à Senghor, Diouf et WADE de destituer Lamine DIACK, Cora FALL et Mbaye NDIAYE qui sont appliqués au Maire de Dakar. Toutefois et contrairement à la tradition, pour révoquer le Maire de Dakar,  il a fallu attendre le verdict du jugement définitif des faits reprochés à Monsieur Khalifa SALL par les cours et tribunaux sénégalais. Ce qui ne s’impose guère au regard de la loi et la jurisprudence en la matière.

5. Cerise sur le gâteau et autre traitement de faveur pour Khalifa Ababacar SALL : il est le seul maire au monde à avoir le privilège d’administrer, pendant 18 mois,  sa Commune à partir de sa cellule de prison.

Moustapha Diakhate
Ancien Député BBY

 

LEAVE A REPLY