« Ce vendredi est un grand jour pour nous. Il marque le début d’un combat qui ne s’arrêtera qu’en 2019 pour que Khalifa Sall et Karim Wade participent à la prochaine présentielle. Macky Sall n’a pas le droit de violer la Constitution et de jouer avec l’équilibre des instituions », a expliqué Cheikh Bara Dolli Macké, à l’instant.

En première ligne à la marche du Fpr, le député est revenu sur les propos de Me Sidiki Kaba, alors ministre de la Justice en 2015, soulignant que Karim Wade n’a pas perdu ses droits civiques et politiques, malgré sa condamnation. « Si Karim Wade ne participe pas à la présidentielle, Macky Sall ne battra pas campagne », met-il en garde.

Même son de cloche de Mor Kane, parlementaire libéral basé en Espagne. Ce dernier a lancé un appel à tous les Sénégalais de la Diaspora pour manifester contre le régime Macky Sall dans les pays où ils sont établis.

LEAVE A REPLY