Le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural a effectué hier, une visite au niveau des différents huiliers de Kaolack pour s’enquérir du déroulement de la présente campagne de commercialisation arachidière. Pape Abdoulaye Seck qui s’est dit rassuré, estime que «c’est hâtif et imprudent de tirer un bilan» de la campagne de commercialisation qui va durer 7 mois.

Pape Abdoulaye Seck a effectué une visite aux pas de charge. L’usine Copéol était la première étape de la tournée du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural. Le président exécutif de Copéol Sénégal a affirmé en marge de cette visite que l’usine tourne à plein régime. « Nous sommes bien rentrés dans la campagne et nous sommes en train d’acheter des graines», assure le président exécutif de Copéol-Sénégal, M. Fall.

Toutefois, il reconnait quelques retards dans le démarrage, indiquant que la Copéol va poursuivre ses activités. L’Usine qui avait contractualisé avec des producteurs a ainsi déjà collecté et payé 47 000 tonnes d’arachides, soit une valeur de près de 11 milliards.

A la Sonacos Lyndiane, tout se déroule normalement d’après le directeur de la société huilière. Selon lui, 30 à 50 camions sont déchargés par jour et le payement se fait au jour le jour. Pas plus tard qu’hier, 300 camions étaient en attente à l’usine. Des lenteurs qui s’expliquent, selon lui, par le fait que l’usine de la Sonacos de Lyndiane est le point de convergence des 4 régions du Sénégal, à savoir : Tambacounda, Kaffrine, Fatick et Kaolack. A West africa oil (Wao), la même rengaine a été entonnée devant le ministre de l’Agriculture. Ce qui fait croire à Pape Abdoulaye Seck, qu’ avec l’agrégation de toutes les contributions des huiliers, il y aura une campagne de commercialisation normale. « Nous sommes au deuxième mois d’une campagne de commercialisation qui doit durer 7 mois. Donc, il est prématuré de tirer un bilan parce que si on tire un bilan, il risque d’être hâtif et imprudent», relève-t-il.

D’après le ministre, il y a « une bonne dynamique pour que toute l’arachide soit achetée». Il rappelle qu’une campagne de commercialisation arachidière se déroule en deux phases : L’une de décembre au mois d’avril et l’autre du mois d’août à décembre. Pour lui, les tendances lourdes se confirment. Autant de raison pour lesquelles, il s’est dit optimiste au terme de sa tournée au niveau des huiliers, à Kaolack.

L’As

LEAVE A REPLY