Si depuis quelques jours le débat relatif au 26ème congrès, annulé ou reprogrammé, des Francs-maçons à Dakar, défraie la chronique, c’est parce que, quelque part, il y a double-standard. En effet, par-delà les Rehfram, la capitale du pays de la Teranga, par la discrétion qu’elle assure à ses hôtes, est le refuge de plusieurs sectes, déguisées sous de faux-nez.

En clair, le Centre international des conférences Abdou Diouf de Diamniadio s’apprête à abriter les 18 et 19 janvier 2018, le premier sommet mondial, qui se tient en Afrique, pour la paix universelle, à l’instigation de la Fédération pour la paix universelle (Fpu), qui a été fondée par Sun Myung Moon.

Plus de deux mille personnalités venant de 150 pays, parmi lesquels, des chefs d’Etat ou de gouvernement, en activité ou à la retraite, des patrons de presse de renommée mondiale (comme l’ancien directeur du Washington Post), bref les plus grands décideurs de la planète, vont assister à la rencontre. Par le passé, seuls les Etats-Unis et la Corée du Sud ont déjà accueilli des sommets de cette discrète organisation. 500 parlementaires africains devront participer à la rencontre inter-religieuse dont le président du comité d’organisation est Cheikh Mansour Diouf. Et dire que la cérémonie d’ouverture de ce « banquet de l’Universel » sera présidé par les plus hautes autorités du Sénégal. C’est à cet égard que Mme katherine Rigney, présidente Afrique  de la Fédération pour la Paix Universelle, a été récemment reçue par le chef de l’Etat Macky Sall. Ce dernier a chargé son directeur de cabinet de rôles pour prendre les dispositions hautement souhaitables afin d’assurer une réussite aux retrouvailles entre moonistes.

Pour appâter la jeunesse, la Fpu promet d’offrir au Sénégal une université internationale aux dimensions futuristes. C’est à travers la Fédération pour la paix Universelle que l’Eglise de l’Unification est présente dans plusieurs pays. La Fpu est active dans 190 Etats et est dotée d’un statut consultatif spécial auprès de l’ECOSOC (Conseil économique et social de l’ONU),

A la découverte de l’Eglise de l’Unification ? 

Né le 6 janvier 1920 à Sangsa-ri, dans la province de Pyeongan Nord, aujourd’hui en Corée du Nord, le milliardaire coréen Moon Sun-myung est décédé lundi 3 septembre 2012 au centre médical international de Cheongshim, à Gapyeong, en Corée du Sud à l’âge de 92 ans. Il a fondé en 1954 une « Association du Saint-Esprit pour l’unification de la chrétienté mondiale ». Syun-myung est à la tête d’un vaste empire financier. Blacklistée parmi les plus dangereuses sectes au monde, l’Église de l’Unification compte près de 7 millions d’adeptes à travers les cinq continents. Plusieurs Etats la reconnaissent comme une secte destructrice et totalitaire. En France, elle est considérée comme une « secte » depuis la publication du rapport d’enquête parlementaire de 1995. Ses fervents adeptes croient que Sun Myung Moon a été désigné par le Christ pour « restaurer le parfait royaume de Dieu ».

Sun Myung Moon, qui a été, de son vivant, plusieurs fois emprisonné pour divers scandales financiers, rapporte que sa vie bascula un jour de 1935, coïncidant avec Pâques. Il explique à ses disciples que Jésus lui apparut ce matin-là pour lui apprendre que Dieu l’avait choisi comme un messie. Il n’est toutefois pas nécessaire d’être chrétien pour devenir mooniste, ni même d’appartenir à une des trois religions abrahamiques. La doctrine de l’Église de l’Unification est un syncrétisme. Elle emprunte des pratiques au christianisme, au mysticisme, au chamanisme et à l’occultisme, avec quelques ajouts conférés par les religions orientales. Les mariages mixtes sont l’une des spécialités des moonistes : très médiatisés, ces mariages collectifs de milliers de couples sont sacrés en plein air.

C’est dire…

Dakaractu

LEAVE A REPLY