Cheikh Béthio Thioune risque gros ? Lors du lancement stratégique 2017-2021 de l’Ofnac, Seynabou Ndiaye Diakhaté,  interpellée sur le ‘’Adiya’’ de 270 millions FCFA offert au guide des ‘’Thiantacounes’’, a révélé que l’Ofnac pourrait s’autosaisir.

L’Ofnac va-t-elle fouiller chez le ‘’Cheikh’’ après le fameux ‘’Adiya’’ de  270 millions de FCFA offerts par l’une de ses femmes. En tout cas, si l’on se fie aux propos de Mme Seynabou Ndiaye, cette affaire sera suivie avec rigueur, en cas de nécessité, dans les jours à venir. L’Ofnac pourrait même s’autosaisir, a-t-elle fait savoir, hier, en marge du lancement du plan stratégique de lutte contre la fraude et la corruption de l’Ofnac pour la période 2017-2021.  Ce plan stratégique  qui constitue une feuille de route de l’OFNAC pour les 5 prochaines années, a été partagé avec les partenaires et démembrements de l’État et du secteur privé. Pour  Seynabou Ndiaye Diakhaté, présidente de l’Ofnac, cette feuille de route décline la vision de sa structure en précisant les actions à entreprendre et les moyens à utiliser pour les mettre en œuvre.

Ainsi, pour son plan d’actions, la présidente laisse  entendre qu’il découle d’une nouvelle vision autour de deux orientations principales, à savoir la contribution à la promotion de la bonne gouvernance dans le secteur public et privé avec des objectifs bien précis, en agissant sur les systèmes et sur les modes de gouvernance dans le secteur privé et public.  Mais aussi, agir sur les hommes pour changer les mentalités et les emmener à une prise de conscience pour une tolérance zéro contre la corruption.  A l’en croire, des actions ont été menées et des rapports seront bientôt déposés sur la table du président de la République. Avec le rapport d’activité que « vous aurez »,  les prochains  jours, « vous serez édifiés » sur beaucoup de questions. S’agissant de la déclaration de patrimoine, Seynabou Ndiaye Diakhaté a fait savoir qu’elle se fait régulièrement et  que les déclarations continuent à être reçues.

De ce fait, cette  dernière a souligné : « Ce qu’on a changé comme méthode dans la déclaration, c’est la rencontre que nous initions avec les départements ministériels pour leur expliquer l’effet protecteur de la déclaration de patrimoine, ses intérêts par rapport à l’enrichissement illicite. Cette nouvelle méthode, dit-elle, consiste à communiquer de façon plus institutionnelle, de façon plus pédagogique en faisant comprendre aux assujettis que ça a un effet protecteur pour eux». D’après la présidente, ils ont enregistré un taux assez important de déclarations depuis qu’ils ont  initié cette méthode et depuis le mois de mai, ils ont reçu  plus de 50 cas de déclaration de patrimoine.

LEAVE A REPLY